• JoomlaWorks Simple Image Rotator
Cogitations et actions
Chronique 147
26-01-2022

 

Sur le fil d'actu/du rasoir/à plomb #1

Janvier dans le monde et en-deça

 

Image Active

 

  


« La faille, dans cette théorie du karma, c'est que ça se saurait, depuis le temps, si se comporter comme un enculé était sanctionné par l'Histoire ». Virginie Despentes, Vernon Subutex, Le livre de poche, janv.21, p.12-13.

Eh oui, notre grande écrivaine -qui n'aimerait sans doute pas qu'on la qualifie de « nationale »- est sans le savoir la marraine de ce nouveau type de chronique. Pourquoi elle ? Parce que j'adore son style sans détour qui allume bien le monde actuel, y compris d'ailleurs les angoissées du changement climatique et mangeuses de bio de mon espèce (voir dans le même Vernon Subutex, au début, mais c'est de bonne guerre;)). Ensuite parce que je l'ai vue sur scène du temps invraisemblable où les salles étaient encore accessibles dans une démocratie et une république certes affaiblies mais encore vivantes, et nous avons plus que jamais besoin de l'énergie, de la puissance, bref de la vie dont elle est porteuse. Personne inspirante, pivot, référence... tous ces qualificatifs la feraient sans doute vomir au sens propre du terme mais tant pis, moi je le dis : heureusement qu'on l'a, notre Virginie.

 

Bon alors, dans ce fil d'actu/du rasoir/à plomb, de quoi sera-t-il donc question dorénavant ? Comme son nom limpide l'indique, il s'agira pour moi de commenter un peu plus l'actualité, ce qui est d'ailleurs en général le propre d'une chronique. Donc ça tombe plutôt bien et donc l'idée est de relayer des nouvelles liées à la Transition, vaste sujet que l'on peut modestement ramener à la transition écologique et à celle qui peut/doit nous animer tout un chacun. Afin de réduire le champ, un peu comme un chirurgien qui serait face à un gros bordel et faudrait quand même opérer, faire quelque chose, pas rester en l'air avec son bistouri à pas savoir où ouvrir, quoi enlever, je me concentrerai (du moins j'essaierai, c'est promis) sur ce qui m'intéresse principalement dans une optique LocoBio. A savoir, tout ce qui tourne autour du vivant saisi au prisme de l'alimentation, de l'agriculture, de tous ces lieux comme les villes que l'on a tant de mal à bien habiter, de la santé, du sol bien terrestre quoi. C'est vaste et pas clair ? Evidemment ! A situation complexe, pensée complexe suivant notre Edgar Morin lui aussi national, donc il ne faut pas me reprocher à moi une certaine complexité. Il faut s'y mettre, c'est tout et c'est bien l'objet de ce nouveau format de chronique qui interviendra en alternance, tous les 15 jours, avec une chronique on dira « plus de fond », type recension d'un ouvrage important dans les champs susmentionnés.

Avant d'attaquer, un dernier mot : la structure sera toujours la même, sauf exercice conscient de mon libre-arbitre et/ou ingestion d'algues décidément trop euphorisantes. Conformément à l'esprit LocoBio, le relevé des informations et leur restitution se fera suivant un esprit honnête se voulant à la fois global, précis et fiable, comme dans les sciences sociales dont je suis issue, et une posture ouvertement éthique, voire morale, fruit de mon côté Antigone ravivé en ces temps de grand n'importe quoi. On peut se demander comment concilier impartialité et partialité mais je ne m'inquiète pas trop car j'ai quand même un certain nombre d'heures de vol dans ce genre d'exercice justement sur le fil, et moi au moins je sais les travers et je discute avec eux, je ne suis pas soi-disant d'un côté ou de l'autre, grande différence avec les communicants, les politiques et les béni-oui-oui de tous bords. Enfin, toujours conformément à cet esprit localiste (n'oubliez pas : le premier territoire à se réapproprier, c'est soi-même) et biologisant (c'est-à-dire allant des labels bio au vivant comme valeur absolue, tout simplement), il y aura une gradation. En gros, on commencera par se casser un peu plus le moral en voyant les choses en face (rubriques « NO COMMENT », alias « Shame shame on you» et « BOF », alias c'est vraiment comment ça qu'on va changer de monde ?) puis on évoluera vers les bonnes nouvelles... en voyant aussi les choses en face parce que tout le bullshit (ordres du jour abusivement récurrents, négatifs, générateurs de peur et de repli, quasi absence des alternatives respirantes) qu'on nous sert à longueur de médias mainstream comme étant la réalité n'est pas cette réalité et contribue encore moins à la façonner, cette belle et nouvelle réalité dont nous avons tous urgemment besoin (rubriques « YEP ! YEP ! YEP ! » et « AND NOW, LADIES AND GENTLEMEN »). Entre, il y aura la rubrique « SO WHAT? », parfois un chiffre, une donnée révélatrice d'un phénomène appelant une action ; la rubrique comme dans les fratries entre deux, donc ni négative ni positive, genre le truc on verra un peu au fur et à mesure mais y'a d'l'idée. Pour tout à fait finir, je m'excuse par avance si je choque en intitulant ces rubriques majoritairement en anglais mais ça m'est venu comme ça, sans doute une influence de la musique que j'adore et qui est un point commun que je partage avec la Despentes. Et donc, aussi en particulier, la rubrique « And now ladies and gentlemen » qui pourrait laisser supposer que je cautionne, voire que je sacralise, bref que je prends pour argent comptant les expressions langagières reflétant de douteuses frontières entre genres. Pas de ça entre nous ! C'est juste par commodité et parce que ça sonne bien, ça parle à tout le monde, c'est l'expression consacrée pour que commence le spectacle, enfin un peu de magie.



1. NO COMMENT, alias « Shame shame on you » :


Emmanuel Macron, Président de la République française, interview au Parisien, 4 janvier 2022 :

« Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné»

Soulignant tout aussi volontairement : « un irresponsable n’est plus un citoyen ».


- Petit détour sémantique utile grâce au CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) :

Emmerder : littéralement et de manière triviale, couvrir, souiller d'excréments.

Emmerdeur : personne qui importune, contrarie ou agace fortement les autres, personne qui ennuie les autres. Synonyme principal : importun = qui ennuie ou fatigue par une présence intempestive ou un comportement hors de propos; p. ext. Indésirable ; personne qui est mal venue, qui intervient hors de propos et qui gêne ou fait perdre du temps ; qui incommode, qui cause du tracas par sa continuité, sa fréquence ou son excès.

Irresponsable : qui ne répond pas de ses actes ; qui agit avec légèreté sans mesurer la gravité de ses actes ; qui est juridiquement dispensé de répondre de ses actes en vertu d'un privilège (en France, c'est le cas du Président de la République) ; qui est juridiquement affranchi de responsabilité en raison de son âge ou de son état mental.

Citoyen : membre d'une communauté politique organisée. Dans l'Antiquité, celui, celle qui, jouissant du droit de cité, prenait part à la vie politique et religieuse de la cité ; membre d'un État et qui de ce fait jouit des droits civils et politiques garantis par cet État ; membre d'un État démocratique ; celui, celle qui respecte les libertés démocratiques.


- Petit détour par le droit, non moins utile :

Un contrat social, la confiance, reposent notoirement sur des textes juridiques de première importance comme par exemple notre Constitution, en vigueur depuis 1958 :

PRÉAMBULE

Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004.

ARTICLE PREMIER.

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.

ARTICLE 4.

(...)

La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation.

ARTICLE 5.

Le Président de la République veille au respect de la Constitution.


ARTICLE 71.1.

Le Défenseur des droits veille au respect des droits et libertés par les administrations de l'État, les collectivités territoriales, les établissements publics, ainsi que par tout organisme investi d'une mission de service public, ou à l'égard duquel la loi organique lui attribue des compétences.


A propos de l'instauration d'un passe vaccinal en ce mois de janvier 2022, la Défenseure des Droits a émis, une fois de plus en vain, l'avis négatif suivant (le texte en entier est consultable ici : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2022/01/passe-vaccinal-les-5-points-dalerte-de-la-defenseure-des-droits) :


« La Défenseure des droits redit une nouvelle fois que, si la situation de crise exceptionnelle liée à la pandémie de Covid-19 suppose des mesures exceptionnelles, celles-ci doivent se conformer au principe de légalité, et pour cela s’avérer strictement nécessaires, proportionnées et adaptées aux risques sanitaires encourus. Elles doivent être entourées de garanties pour assurer une protection contre les risques d’abus et d’arbitraire.

Tout en reconnaissant l’importance considérable de la vaccination dans la lutte contre la pandémie, la Défenseure des droits souhaite en particulier alerter et faire des observations sur les cinq points suivants.

- L’imposition d’un passe vaccinal : la question de la nécessité et de la proportionnalité

- Un passe vaccinal contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant

- Concilier les objectifs recherchés avec les situations personnelles et professionnelles des personnes

- Encadrer davantage le dispositif de vérification et prévenir les risques de discrimination

- Le déremboursement des tests de dépistage


La Défenseure des droits a tenu à adresser au Parlement ses points d’alerte, s’agissant d’un texte qui opère, pour la gestion de la crise, des transformations profondes pour l’exercice de droits et libertés qui sont au fondement de notre pacte social et républicain et un glissement insidieux vers la pérennisation d’un dispositif d’exception. »


- Petit détour par un certain nombre de données scientifiques concernant les besoins à satisfaire pour le développement sain et normal d'une personne de même que d'une communauté politique se voulant démocratique, républicaine et progressiste, ce qu'a toujours essayé d'être bon an mal an la France :

  • sur le fait que nous avons besoin de relations sociales : https://theconversation.com/voici-pourquoi-nous-avons-tant-besoin-les-uns-des-autres-139729

  • sur le fait que nous avons besoin de « loisirs » : le rôle-clef de la culture -mais pas que- dans le développement et la bonne santé au niveau cognitif. https://theconversation.com/les-activites-artistiques-et-sportives-contribuent-au-bien-etre-et-a-la-resilience-145005

  • sur le fait que la culture a longtemps été chargée de contribuer au développement de chacun et de notre communauté politique. C'est une singularité bien française construite au fil du temps, un bien précieux qui nous est envié dans le monde entier et qui suppose l'accès de tous aux ressources culturelles. On peut s'en convaincre rien qu'en consultant les propos toujours ambitieux du Ministère de la Culture : https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Developpement-culturel/Le-developpement-culturel-en-France

  • sur le fait que la gestion politique de la crise pourrait avoir des effets contre-productifs et tus en matière de santé publique :

    https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2020/08/03/isolement-social-enjeu-sante-publique

    Quelques extraits significatifs : « Le manque de relations sociales a un effet très néfaste sur notre cerveau et des études nous montrent que ce manque peut être associé avec de nombreuses maladies, dont l’Alzheimer, ainsi que des troubles psychiatriques », résume Danilo Bzdok, professeur au Département de génie biomédical et coauteur de cette analyse. Ou encore : « Mais la chose serait également mauvaise pour celui qui s’isole volontairement: cette situation affecterait directement son système immunitaire, ce qui le rendrait moins résistant aux maladies ». Ou bien : « Il en est aussi du ressort des politiques, souligne-t-il, de créer des endroits ou des contextes de rencontres pour les personnes plus isolées, particulièrement les aînés : « c’est une question de santé publique ». Enfin : L’article nous permet de mettre en évidence certains risques de prolonger l’isolement social.


Au final, il est permis de se poser les questions suivantes :

  • Qui emmerde qui et qui est irresponsable ? Qui rendra des comptes en cas de responsabilité en matière de troubles divers liés aux divers passes mis en place ces derniers mois? On connaît et on se désole des effets négatifs des confinements mais on accepte dans un esprit bizarrement vengeur de prolonger ces effets pour une partie de la communauté nationale ? N'a-t-on pas besoin de toutes les forces vives pour la Transition ?

  • Qui rendra des comptes sur le « quoi qu'il en coûte » permis par l'argent des contribuables et une dette faramineuse que eux devront de toute façon rembourser ? Sachant que cette mesure arrose (insuffisamment) entre autres les institutions culturelles... fermées pour une partie des mêmes contribuables-citoyens ? Est-il bien logique pour des libéraux sur le plan économique d'intervenir ainsi à ce point sur le plan politique et de compter à ce point sur l'argent public ? N'a-t-on pas besoin de beaucoup de fonds pour la Transition ?

  • Qui peut se permettre de dire qui fait partie ou non de la communauté citoyenne, surtout quand on occupe la plus haute fonction d'un Etat démocratique et républicain ? N'a-t-on pas besoin d'un peu d'humilité pour la Transition ?

  • Est-il nécessaire de rajouter plus de questions à régler en matière de santé publique alors que nous n'arrivons pas à refondre notre système de soin pour le rendre apte à assurer sa noble mission ? N'a-t-on pas besoin de hiérarchiser les priorités pour la Transition ?

  • Fracturer un peu plus un pays déjà fracturé et affaibli par une pandémie est-il responsable au regard des enjeux de la Transition ? N'a-t-on pas besoin de fraternité, de solidarité pour la Transition ?

 




2 BOF, alias c'est vraiment comment ça qu'on va changer de monde ?

Arte, émission « 28 minutes ». Environnement - Hors-série avec Jean-Marc Jancovici (29/12/2021)

 

Présentation du programme : Jean-Marc Jancovici est ingénieur et président de The Shift Project, une association qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Nous revenons avec lui sur les enjeux liés à la transition écologique : comment élaborer un nouveau modèle économique et social pour limiter le réchauffement de la planète et la sixième extinction en cours.


Au cours de l'émission, l'énergie nucléaire -défendue par l'invité comme une alternative à la dépendance au pétrole- est évoquée ainsi que la question délicate des déchets. A ce sujet, il rejette tout problème et vous pouvez-vous en convaincre en visionnant à partir de 31'10'' ici : https://www.arte.tv/fr/videos/103958-086-A/28-minutes. Après une série de minimisations décochées avec un sourire policé à la figure de l'animatrice du type « 

mais vous savez que nous sommes tous radioactifs ?! », il dit en effet textuellement : «  (…) le fait que l'on mette des déchets dans un trou sous 450 mètres de terre, moi personnellement, ça m'empêche vraiment pas de dormir ».


Qu'on aimerait (ou pas) être comme ce monsieur bon client de tous les plateaux de télé et friand de numérique énergivore n'avoir aucun scrupule envahissant ! Choquant ce droit pris sur l'usage du sol sans aucune vergogne. Et juste: on ne pourrait pas plutôt se poser la question en termes de baisse de la consommation sur des produits non nécessaires type SUV ou objets de plus en plus connectés plutôt que de chercher à consommer autant, voire plus, mais grâce à d'autres sources d'énergie ? Pardon si je ne suis pas ingénieure mais plutôt politiste mais je trouve aussi, au passage, une troublante ressemblance entre ce genre de discours et la tentative actuelle, au niveau européen et sous l'impulsion du gouvernement français actuel, de faire passer le nucléaire pour une énergie verte. Bien essayé, mais il y a des limites à prendre les gens pour des imbéciles. Parmi les documents consultables à ce sujet, il y a https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/europe-le-nucleaire-bientot-classe-energie-durable-on-vous-explique-pourquoi-2428231.html.



3. SO WHAT ? 12 fois moins...


Dans Reporterre, le quotidien en ligne de l'écologie gratuit – mais c'est pas mal de payer pour de l'info de qualité et donc les soutenir par un don régulier...-, voici ce que l'on pouvait lire le 18 janvier dernier :

« Les crises humanitaires touchent des millions de personnes et nous détournons le regard. Pour la sixième année, l’ONG Care dénonce cet état de fait avec son rapport sur « les

>dix crises humanitaires les moins médiatisées en 2021 ». (…). En tout, ces dix crises peu médiatisées ont suscité 19 146 articles. Soit 12 fois moins que les 239 422 articles consacrés aux vols dans l’espace de Jeff Bezos et Elon Musk. ( ...). Notons que les crises retenues ne sont pas de petites crises. Elles ont toutes fait plus de 1 million de victimes, au Malawi, en Ukraine, en Centrafrique, au Burundi, au Honduras, etc. ». https://reporterre.net/Les-dix-crises-humanitaires-oubliees-des-medias


Deux poids, deux mesures médiatiques. Les médias mainstream ne supportent pas d'être remis en cause et, plus grave et clairement inadmissible, d'être parfois physiquement attaqués. Soit, mais n'y a-t-il pour autant pas un problème de fond à soulever et à urgemment régler ? Oeuvrer pour la Transition, c'est d'abord rendre visible ce qui ne l'est pas, le pondérer, le mettre en rapport avec d'autres grandes évolutions et sans doute accorder moins d'espace d'admiration béate et coupable aux caprices de milliardaires irresponsables qui cautionnent une fois de plus l'option de la fuite en avant.



4 YEP ! YEP ! YEP !

Bien sûr on pourrait encore hurler, dire que ce n'est pas suffisant, que ce n'est pas cohérent, que c'est souvent le fruit d'aimables pressions opérées par des acteurs conscients qui veillent au grain, que c'est l'arbre qui cache la forêt. Bien sûr et c'est d'ailleurs le sens d'un article disponible ici http://www.pergama.fr/2022/01/19/bilan-ecologique-quinquennat-macron. Bien sûr mais on peut aussi considérer ce qui a été mis en place et aurait dû l'être depuis longtemps. La consultante Marine Braud, qui a publié récemment avec le think thank Terra Nova un bilan du quinquennat actuel, relève en effet « les nombreuses mesures prises depuis 2017 sur la fin du plastique à usage unique, l’augmentation de la surface terrestre sous protection, le moratoire sur la chasse à la glu, la stratégie nationale contre la déforestation importée qui a inspiré la commission européenne,  l’abandon de projets emblématiques comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Europa City ou la Montagne d’or...  Sur le volet législatif, le mouvement En marche ! recense 54 lois adoptées durant le quinquennat portant des mesures en faveur de la transition écologique ». De même, le niveau de dépenses publiques en faveur de la Transition a atteint des sommes encore jamais égalées. Dont acte : vu ce qui a été et est encore supporté au nom de la pandémie, qu'est-ce qui pourrait empêcher qu'un effort massif soit réalisé pour transitionner ?



5 AND NOW, LADIES AND GENTLEMEN...

Pour se convaincre, une fois de plus mais cela ne fait pas de mal, que la Transition est déjà bien là, vous pouvez acheter le hors-série du quotidien Libération qui passe en revue une série d'initiatives : https://boutique.liberation.fr/products/pdf. Et notez dans votre agenda de le télécharger gratuitement à sa sortie, en espérant que cela soit toujours le cas en décembre prochain !



Vous êtes en lutte pour un projet d'intérêt commun et vous voulez vous relier aux autres pour trouver courage et idées d'actions ? La nouvelle association Terre de luttes vous aidera sûrement : https://terresdeluttes.fr. A son sujet, voici un article https://reporterre.net/Luttes-locales-pour-plus-de-victoires-un-reseau-national.



6. ON EN VEUT DAVANTAGE ! Ou la rubrique surprise qui fait un peu office de voiture-balai au Tour de France. C'est pas que je veuille absolument tout mettre sans savoir trier, c'est que j'ai justement trié mais y'a décidément beaucoup de choses à dire, qui se passent ou qui vont se passer et alors il faut le savoir avant pour rien rater.

  • Actions en direction des étudiants: https://le-reses.org/evenements: Le RESES organise tout au long de l’année des temps pourassemblerengager et former les étudiant·e·s et les associations étudiantes autour des enjeux écologiques et solidaires leur campus et dans leur ville. Ces événements, co-construits à l’échelle locale et nationale, sont conçus comme des temps de synergies et de rencontres privilégiées entre les acteur·trice·s qui composent  le monde étudiant.

  • Proposer un événement dans le cadre de la semaine sans pesticide : 10 premiers jours du printemps, soit le retour des oiseaux et du beau temps, mais surtout deépandages dans les champsC’est pourquoi nous souhaitons profiter de ce moment pour montrer que les pesticides ne sont pas une fatalité et qu’il est possible de s’en passer. La SPAP répond à trois objectifs : INFORMER les citoyens sur les risques des pesticides de synthèse pour notre santé et pour notre planète ; PROMOUVOIR des solutions alternatives pour vivre, consommer et produire plus durablement ; FÉDÉRER un réseau d’acteurs et mobiliser un public toujours plus large.https://www.semaine-sans-pesticides.fr/organiser-un-evenement/comment-faire. Depuis 2005, la Semaine Pour les Alternatives aux Pesticides a lieu chaque année du 20 au 30 mars : ces dates sont symboliques car ce sont les

  • Apporter sa contribution à la reterritorialisation de l'alimentation : https://chaireunesco-adm.com/Assises-territoriales-de-la-transition-agro-ecologique-et-de-l-alimentation-1101. Après les premières Assises de 2019 à Montpellier, c’est au tour de Nantes d’accueillir ce rendez-vous de l’alimentation durable les 22 et 23 septembre 2022. Échanger, comprendre, analyser et expérimenter la transition alimentaire !

    Ces Assises ont pour objectif de créer une opportunité inédite pour approfondir les enjeux liés à la gestion du foncier, à l’agriculture urbaine et péri-urbaine, à la logistique durable et aux infrastructures commerciales ; pour échanger sur la restauration collective, la nutrition, la gestion des déchets ou l’économie circulaire ; pour évoquer aussi l’évolution des régimes alimentaires, les dimensions culturelles et symboliques de l’alimentation, la précarité alimentaire… Avec des plénières, des ateliers interactifs et des visites de terrain pour découvrir les territoires !Appel à contribution en cours !Acteurs de l’agro-écologie et de la transition alimentaire, les Assises territoriales de la transition agro-écologique et de l’alimentation durable 2022 se préparent dès maintenant, avec vous !

    Contribuez-y !

    Jusqu’au 1er février 2022.

  • Avoir un métier en lien avec la Transition :

    https://www.agri-city.info/fr/actualites/parmi-les-metiers-emergents-ceux-du-vivant-et-du-vegetal-ont-la-cote. La

    Commission de la certification professionnelle a établi, le 16 décembre 2021, la liste des métiers en évolution ou en émergence pour 2022. Cinq métiers ont été ainsi retenus suite à l’analyse des propositions reçues de la part de branches et syndicats professionnels, dont deux métiers liés à l'agriculture, dont paysan-herboriste.

  • S'informer pour agir grâce à des ressources en ligne :

    https://agriculture.gouv.fr/thematique-generale/alimentation.

  • Pour qu'arrête la boucherie

    dans tous les sens du terme et que les esprits procèdent enfin à une révolution aussi nécessaire à la société : https://parti-animaliste.fr. Car après les présidentielles, il y aura -si la démocratie ne s'est pas tout à fait effondrée d'ici là- les législatives ! En parlant de cela, une pensée pour les millions de volatiles une fois de plus abattus dès cette semaine pour cause de grippe aviaire. Cela ne va pas arranger le bilan de « consommation » de viande : rien qu'en France, ce sont plus de 3 millions d'animaux issus de l'élevage qui y passent. Je vous laisse multiplier par le nombre de jours dans l'année... et ajouter aux chiffres en hausse hallucinants à l'échelle de la planète où là il s'agit plutôt de milliards.



« La littérature, tout comme la culture ou la musique, est le miroir dans lequel se regarde le peuple », Simone Schwarz-Bart dans Zadig, n°12, novembre 2021, p.25.



Citoyennement vôtre,

©Yolaine de LocoBio,

Janvier 2022

 
< Précédent   Suivant >
© 2022 locobio
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.